Questions et réponses sur la marijuana et sa consommation

L’herbe au football, pas juste sur le terrain!

Pour certains, la fin de semaine du Superbowl ne signifie rien de bien passionnant, tout le monde n’ayant pas un intérêt marqué pour ce sport. Pour d’autres cependant, cela évoque plein de choses à la fois: de la bière, des ailes de poulet, des nachos, de la guacamole et plein de trucs pas trop santé à manger, des publicités originales et, bien sûr, un match de football américain que l’on souhaite excitant.

Mais que l’on aime ou pas ce sport de gladiateurs où des athlètes puissants et lourds se foncent dedans à répétition pendant des heures, on ne peut pas faire autrement que d’avoir une pensée pour ces hommes qui paient parfois très cher le prix de cet évènement à grand déploiement.

Car si le football américain offre un spectacle exceptionnel, il est aussi l’occasion de nombreuses blessures pour ceux qui le pratiquent. Blessures au corps et blessures à la tête. Et c’est exactement ici que le cannabis apparaît dans le portrait.

L’association des joueurs et la ligue nationale de football ont une politique claire qui interdit l’utilisation du cannabis par les joueurs. Mais certains de ceux-ci demandent maintenant de reconsidérer cette interdiction.

Comme le dit si bien Eugene Monroe, un ancien joueur des Ravens de Baltimore:  »Si vous jouez au football de façon professionnelle, votre job vous donne automatiquement les symptômes de douleur chronique. On se frappe les uns les autres aussi fort que possible chaque jour, dans les pratiques comme dans les matchs, nos corps souffrent, la douleur est ressentis de façon très fréquente ». Pour cette raison, de plus en plus de joueurs utilisent le cannabis pour soigner cette douleur, malgré les risques de conséquences qui pourraient venir de la ligue.

Bien sûr, il existe des médicaments pour contrôler la douleur, principalement des opioïdes et des anti-inflammatoires. Mais selon ce joueur, plusieurs sont inquiets des risques de dépendance et de surdose. Et c’est sans compter les effets secondaires de ces médicaments qui seraient utilisées par près de 90% des joueurs pendant leur carrière selon Kyle Turley, un ancien joueur lui-même.

Pour cette raison, plusieurs choisissent d’utiliser le cannabis médicinal. La plante de cannabis contient des centaines de composés qui interagissent entre eux pour soigner certains symptômes. Et un des symptômes que le cannabis soigne avec succès est la douleur. Ça fonctionne pour les gens qui souffrent d’arthrite, et ça fonctionne aussi pour les colosses de 250 lbs qui ont mal partout quand la partie se termine et dans les jours qui suivent. Cela n’a rien de nouveau, le cannabis médicinal était déjà fortement utilisé pour traiter la douleur dans les années 1800.

Mais une autre utilisation du cannabis pourrait être très intéressante pour les joueurs de football et pour plusieurs autres athlètes professionnels pratiquant des sports de contact: le traitement des séquelles de commotions cérébrales. Le nombre d’ancien joueurs de hockey et de football ayant subi des commotions cérébrales multiples est élevé. Et les conséquences de celles-ci sont graves, allant jusqu’au suicide dans certains cas.

À ce propos, Lester Grinspoon, professeur émérite à la faculté de médecine de l’Université Harvard et éminent chercheur sur les bienfaits du cannabis sur la santé, a envoyé une lettre ouverte en 2014 au président de la NFL, lui demandant de financer des recherches scientifiques sur le potentiel du cannabis à traiter les séquelles des commotions cérébrales. Il demandait aussi la NFL à mettre un terme à la prohibition du cannabis.

Certains cannabinoïdes contenus dans la plante ont un potentiel neuro-protecteur qui permettraient de limiter les dommages suite à un traumatisme à la tête et possiblement dans des cas d’accidents cérébro-vasculaires. Il reste des recherches à faire, mais le potentiel pour diminuer les impacts énormes des commotions cérébrales justifie à lui seul que l’on investisse plus d’énergie et d’argent dans des études sur le sujet.

Alors, que ces hommes qui nous offrent ce spectacle sportif tous au long de la saison aient droit de fumer un peu d’herbe ou de consommer d’autres produits du cannabis quand la douleur de l’après-match se fait sentir est la moindre des choses qu’on devrait leur permettre. Et il serait approprié aussi que l’on investisse, le plus tôt possible,  dans des recherches sur la meilleure façon d’utiliser les produits du cannabis suite à une commotion cérébrale.

Selon certains joueurs, ils sont nombreux ceux qui préfèrent utiliser le cannabis entre les parties plutôt que des opioïdes ou d’autres médicaments d’ordonnance. Il est quand même surprenant de savoir que ceux qui choisissent l’herbe prennent le risque d’être suspendu, alors que ceux qui choisissent les pilules non. Il reste encore du chemin à faire pour l’acceptation sociale du cannabis. Mais on gagne du terrain tranquillement, même si la zone des buts semble encore bien loin! Bon match!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 Comments

  1. Fred sur 3 février 2018 à 10:42

    Je crois que le CBD va gagner en popularité pour le monde du sport. Effectivement, les commotions cérébrales sont très présente et de plus en plus d’études démontrent que le CBD est extraordinaire pour les problemes reliés au cerveau, comme par exemple l’épilepsie, où l’on voit de plus en plus l’utilisation chez les jeunes enfants souffrant de ce problème.

    J’aimerais bien un article qui parle du CBD en détail de ta part André!

    • André Gingras sur 4 février 2018 à 11:01

      Tu lis dans mes pensées! Je viens d’écrire un blogue sur le THC et j’avais l’idée de faire de même avec le CBD. Ces deux blogues devraient être publiés d’ici quelques semaines. Merci pour ton commentaire!

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Infolettre

À s'inscrivant à l'infolettre, vous pourrez recevoir de l'informations supplémentaires.

Merci! Surveillez votre boîte courriel puisque vous devez confirmer votre inscription.